"L'avenir appartient à ceux qui croient
à la beauté de leurs rêves"

Le roman d'Aurélie

Ce matin nous avons reçu le message d’Aurélie : un vrai roman d’amour avec un certain Flo(w) ! Cette histoire nous touche et nous la partageons avec vous.

 

« Il y a quelques semaines, j’entre dans une Maison de la Presse, pas loin de chez moi et votre magazine coloré, grand, doux, épais, me fait de l’œil. Un peu comme pour un charmant jeune homme dans le métro ou une paire de chaussures de chez Patricia Blanchet, c’est le coup de foudre.
J’embarque donc mon nouvel amour sous le bras, et puis, un peu comme dans la vraie vie, je l’oublie. Sauf qu’il dort là, à côté de moi. Pendant des semaines, sans bouger ni faire de bruit, il m’attend, il ne me force pas le pas, il ne veut pas me contrarier, il est patient, il sent bien que ce n’est pas le moment.

Je lui glisse un regard tous les matins et je vois bien qu’il me fait les yeux doux mais je reporte sans cesse notre premier tête à tête car depuis une petite semaine, un spleen abyssal voire Baudelairien s’est abattu sur moi ; quelques longs mois que j’ai quitté l’entreprise qui m’employait, quelques mois que je sais que je serai (prochainement) ma chef d’entreprise, mais ce soir-là, moi, toujours tout sourire, positive, occupée à courir les derniers films, les dernières expos et les virées entre copines, ce soir, je dois bien m’avouer que si tous mes projets n’avancent que dans ma tête, c’est que ce n’est pas normal. Mon bilan : j’ai peur. Peur de demain, parce que je ne me crois pas capable de ce que j’ai pourtant très envie de faire alors que tout le monde autour de moi m’y encourage, trouve mon idée géniale et enragerait presque de me voir « gâcher mon potentiel ».
Bref, après quelques jours de gros « bad » (nommons clairement les choses), j’ai eu envie de me lover dans tes pages, tout doucement.
Et là, surprise, le bouquet de fleurs que tu me tendais depuis le 1er jour n’avait pas fané : j’y ai trouvé des mots doux, des belles couleurs, des choses jolies à mon œil, des harmonies, des caresses et des encouragements pour la vie. J’ai lu, j’ai souri, et j’ai aimé ça.
J’ai aimé mon premier tête à tête avec ce Flo(w). Et vous savez quoi ? Il m’a dit : « Ma jolie, sèche tes larmes, t’es canon, tu sais même pas comment. Le livre que tu écris est le fruit de ta créativité, et c’est super d’arriver à exprimer ça. Tout le monde ne sait pas faire cela. Alors continue ma belle, t’es presque au bout, tu vas pas te décourager maintenant quand même ? Pour ma part, je sais que tu viens de passer un bon moment en ma compagnie, mais on va pas se revoir tout de suite, je ne suis pas dispo avant le 9 avril. »
WTF !! 😉 Mais c’est bien, on ne va pas s’étouffer comme ça, on va se retrouver que pour les douceurs, un peu comme deux amants qui décident de temps en temps de s’accorder une escapade magique. J’aime cette idée, que le rare permet le beau, qui permet le bien. Et puis je comprends, Flo(w) doit se faire beau, repasser sa chemise et mettre un joli nœud pap. Moi aussi, revigorée par cette thalasso des gentillesses et bonnes idées que tu m’as offert pour notre première rencontre, d’ici le 9 j’aurai continué l’écriture de ce premier roman.
Tu vois, moi aussi j’aurai plein de choses à te raconter la prochaine fois.
Pour une fois, j’ai décidé de ne pas précipiter les choses (progrès!) , alors je te claque une belle bise, joli Flo(w), avec le cœur, et profite de l’occasion pour en faire une à toute l’équipe, s’il te plaît, on sait bien tous les deux que c’est grâce à elle que tu es beau et que tu sens bon 🙂 »

 

Aurélie, merci!

 

Crédit photo d’ouverture: E Capanova Thinkstock

« »

© 2017 Flow / Prisma Media - Conditions générales d'utilisation - Charte de protection des données